http://bodybuildingconfidentiel.blogspot.com/

oral-turinabol

ORAL-TURINABOL, Jenapharm, Deutschland

 

L’Oral-Turinabol est un stéroïde oral développé par Jenapharm au début des années soixante et introduit sur le marché de l’ex-RDA. Outre son utilisation clinique, il était le produit dopant numéro 1 de la RDA. Afin d’écarter tout malentendu, rappelons que les laboratoires Jenapharm GmbH continue de produire cette préparation, que l’on peut obtenir sur ordonnance médicale dans toutes les pharmacies allemandes. Ce stéroïde possède une action avant tout anabolisante associée à des composants relativement peu dosé en androgènes. Si l’on établi une échelle allant de 1 à 100, l’action androgénique est assez faible et se situe au niveau 6 de l’échelle et l'action anabolisante aux alentours de 55 (à titre de comparaison, l'action androgénique du Dianabol est de l’ordre de 45 et son action anabolisante de 90). L’Oral-Turinabol possède donc une action — si l’on compare l’effet produit par milligramme — par conséquent moins forte que le Dianabol. Ce n’est donc pas un stéroïde permettant à l’athlète d’augmenter rapidement sa force, son poids et sa masse musculaire. Les résultats obtenus se caractérisent surtout par une augmentation solide et durable des muscles et, s’il est utilisé sur plusieurs semaines, de la force. L’athlète ne connaîtra certainement pas cet aspect gonflé qui est parfois le lot des utilisateurs de testostérone, de Dianabol ou d’Anapolon.

 

De par ses propriétés, l’OT est un stéroïde tout à fait indiqué en période de championnats, il convient en outre aussi bien aux hommes qu'aux femmes. Il est particulièrement apprécié lors de compétitions faisant l’objet d’un contrôle anti-dopage, car il est très vite assimilé par le corps et que les métabolites sont rapidement éliminées du corps au travers des urines. Il est assez difficile de répondre à la question, fréquente chez les intéressés, à savoir s’ils peuvent utiliser l’OT pendant les quelques jours précédant un contrôle, sans craindre pour autant un résultat positif. De source sûre, nous savons cependant que les athlètes n’ayant utilisé que cette préparation, certains même à des doses allant jusqu’à 10 comprimés par jour, puis ayant interrompu le traitement 5 jours exactement avant un contrôle, sont restés négatifs. Ces données sont confirmées par le fait que l’Oral-Turinabol n’est jamais décelé lors d’analyses d’urine positives. Entre-temps, nous avons pu discuter avec un certain nombre d’athlètes de compétition et sommes d’avis qu’une période de 7 à 8 jours est suffisante, dans la mesure où l’OT est utilisé seul. Durant les derniers jours précédant l’analyse d’urine, les athlètes peuvent prendre de la Pantestone en compensation et en arrêter l’utilisation 48 heures avant l’analyse. Une dose quotidienne de 20 mg d’OT par jour conduit, après 10 jours, à un ralentissement de la production endogène de testostérone, laquelle se normalise, voire augmente, 5 jours après l’interruption du traitement. Il est intéressant de noter que la production endogène de testostérone peut, une semaine après l’interruption du traitement, dépasser les taux qu’elle avait avant la prise du médicament. Cet éventuel effet de rebond ne doit pas être sous-estimé lors d’un contrôle antidopage. La normalisation plus ou moins rapide de la production endogène de testostérone pourrait s’expliquer par le fait que l’OT, contrairement aux autres stéroïdes, n’abaisse le taux de testostérone qu'à 60 ou 70% de sa valeur habituelle, alors que le Dianabol, par exemple, l’abaisse à 30 ou 40%.

 

Les éventuels effets indésirables de l’OT dépendent généralement du dosage utilisé et diffèrent selon les sexes. Les femmes peuvent ainsi être confrontées, suivant leurs prédispositions, aux phénomènes de virilisation que nous connaissons. Ces phénomènes seront favorisés par un dosage supérieur à 20 mg par jour et par un traitement de longue durée. Les hommes peuvent connaître une réduction de leur production endogène de testostérone. L’OT n’entraîne que rarement l’apparition d’une gynécomastie. Étant donné que l’équilibre en eau et en minéraux n’est pas trop influencé, les athlètes font rarement état d’une rétention d’eau ou d`une augmentation de leur tension artérielle. Dans sa notice, le fabricant conseille d’effectuer des analyses régulières du fonctionnement hépatique qui, en présence de fortes doses, pourrait être entravé. Certaines lésions du foie ne peuvent donc être exclues. Ce dernier point est l’une des principales raisons expliquant l’incompatibilité de l’OT avec un traitement long et ininterrompu. Les laboratoires Jenapharm GmbH ayant continué de fabriqué l’OT après la réunification des deux Allemagnes, on le trouve sans problème et en quantités suffisantes. Les athlètes utilisent exclusivement la version 5 mg qui n’est disponible que dans des boîtes d’une seule taille. La boîte N1 contient 20 comprimés à 5 mg et, ces derniers sont très petits et ne portent ni entaille, ni inscription. Leur taille réduite et leur couleur bleue leur ont valu le nom de "petits hommes bleus" parmi les utilisateurs.